25 ans de VOYAGES

25 ans de VOYAGES

Grèce 1

              

 

 

 

                                                 LA  GRECE

 

                        

 

 

C'est le 24 avril 2010 que nous partons pour la Grèce. Une traversée rapide de l'Italie et nous sommes à Bari pour avoir la traversée la plus courte jusqu'à Igoumenitsa. Ulysse a semblé apprécier ce geste! La traversée se fera par la compagnie Superfast. A cette période nous n'avons payé que 222 euros pour un A/R. Organisation impec pour l'embarquement, il n'en sera pas de même pour le retour côté Grec.

Nous quittons le port de Bari à 20h .

 

 

 

Il fait encore nuit à 5h30 lorsque nous débarquons à Igoumenitsa, 4h30 en France puisqu'il y a 1h de décallage horaire.

Après un petit dej sur le port, nous partons pour Parga où déjà à cette heure matinale il n'est pas facile de se garer ce qui nous fait un peu appréhender la suite, heureusement, il n'en sera rien. La configuration du lieu y est pour beaucoup puisque le village est construit au bord de l'eau au pied d'un promontoire fermé par des îlots rocheux.

 

 

 

 

 

Nous ne nous attardons pas car nous avons besoin de récupérer de la route des derniers jours et de notre courte nuit de traversée. Nous trouvons le coin idéal à Ammoudia à quelques kilomètres de là: un bois de peupliers et d'eucalyptus en bord de plage en compagnie de 4 ou 5 autres camping-cars.

 

 

 

 

Petits restos, commerces, eau,douches sur la plage, soleil, tout ce qu'il faut pour passer du bon temps...Un petit port sur la rivière qui se jette dans la mer complète le tableau.

 

 

 

 

Nous n'aimons pas rester plus de 2 ou 3j à la même place, aussi deux jours suffiront pour recharger les accus. Le Péloponèse nous attire. Nous prendrons le tunnel sous l'eau de Preveza (5€) et ferons une étape agréable sur le port de Messolongi où je taillerai une" bavette" avec un voileux Français qui vient d'arriver.

 

 

                  

 

Passons le pont de Patras (12€)  et à nous le "Pélo".

 

 

 

 

 

Passons  et flânons par Kilini et Kalo Nero où nous ferons étape. Nous n'avons pas rencontré de CC français depuis notre arrivée en Grèce et soudain, ici, un CC c'est l'apéro garanti et alors que nous en sommes aux "tchin tchin" c'est un autre puis un quatrième compatriote qui arrive. Curieuse coïncidence, nous sommes tous quatre en Rapido! A bientôt les 63.

Sur la route de Pilos, un "Fangiopoulos" vient finir son virage sur l'arrière du cc et bien sûr se garde bien de s'arrêter... pas de bobo de carosserie mais deux bas de caisse seront à changer. Ce n'est pas pour rien que bon nombre de ces petites chapelles bordent le bord des routes.

 

                                                          

 

                                        

 

 

 Pour nous remettre de nos émotions, ce sera restau ce midi sur le port de Pilos alors que nous sommes plutôt restau du soir. Face à sa superbe baie et à sa forteresse les mauvais souvenirs commencent à s'estomper ...

 

 

 

 

Methoni. Nous passerons la nuit au même endroit qu'il y a 24 ans car notre première venue en Grèce et déjà en cc, remonte à 1986.

 

 

 

 

Nous retournerons à sa citadelle et à sa tour Bourdzi reconstruite au 16e par les Turcs.

 

 

                  

 

 

 

Un ensemble harmonieux que l'on a plaisir à redécouvrir le matin au réveil!

 

 

 

 

Les jours suivants seront consacrés à la découverte de superbes panoramas des côtes et petits villages qui les habitent.

 

 

 

 

Nous sommes déjà tout au sud, dans le Magne. C'est à coup sûr la région que nous avons préféré.

 

 

                                       Ses églises, ses villages ....

 

                   

 

                               ...comme le croquignolet Gérolimenas...

 

 

 

... ou  Vathia l'impressionnante cîté hérissée de tours typiques du Magne.

 

 

 

Et même si le village n'est pratiquement plus habité, son église n'en est pas moins bien entretenue.

 

 

Le Magne et ses usagers de la route.

 

 

 

Toujours dans le Magne...

 

 

 

 

 

 

Notre dernière étape dans le Magne se fera à sur le petit port de Kotronas.

 

 

 

Nous avons trouvé sa petite chapelle fort interessante même si elle n'est citée dans aucun guide.

 

                  

 

                  

 

                  

 

Si nous avons fait l'impasse de quelques sites déjà visités lors d'un précédent voyage, Mistra était pour nous incontournable. Même au mois de Mai, nous avons eu chaud! mais arpenter et grimper pour une redécouverte de ses palais en ruine, de ses églises byzantines et de ses vestiges, est un vrai bonheur!

Les monastères de Pantanassa, Périvleptos ou Ste Sophie n'auront maintenant plus de secret pour nous.

 

 

                 

 

                  

 

                 

 

 

 

 

 

Nous ne connaissions pas Monemvasia, l'erreur est réparée. Nous ferons étape sur le port de Géfyra où une digue nous conduit à la ville dissimulée derrière son rocher.

 

 

 

 

Cette cîté médiévale fortifiée et à demi ruinée est située sur le versant d'un rocher abrupt d'où l'on embrasse d'un seul coup d'oeil ses constructions en terrasse et une vue spectaculaire sur le large. Mosquée, églises et remparts qui la ceinturent en font une vraie ville que l'on n'imaginait pas avant d'y pénétrer.

 

                

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous descendrons jusqu'à Néapoli, la ville la plus au sud de la péninsule dans l'espoir d'embarquer pour Cythère, rien que l'expression nous faisait rêver, hélas après maintes recherches et demandes de renseignements, un vieux grand-père grec nous a fait comprendre qu'en cette saison, les liaisons n'étaient pas régulières et qu'en attendant sur la jetée nous aurions peut-être un bateau dans un ou deux jours! Nous ne prendrons pas le risque et une photo de Néapoli sera notre seul souvenir.

 

 

Nous entamons la remontée du Peloponèse par des routes étroites et sinueuses vers Géraki et Léonidio où nous apercevons au loin quelques moulins...

 

 

Paralia Tirou: encore un coin sympa pour le bivouac. Nous avons dormi sur le petit port que l'on aperçoit tout au fond.

 

 

Nauplie  : Ville hyper touristique que nous connaissions déjà mais dont nous gardions un bon souvenir. Un immense parking sur le port où se garent dans la journée les bus nous accueillera. Nous ne serons pas seuls puisque le coin est semble-t'il bien connu des camping-caristes.

 

 

                                 Face à la citadelle et l'îlot Bourdzi.

 

 

 

 

                                       Une ville très fleurie...

 

 

 

 

 

Les 2 photos ci-dessus pour nous rappeller la vieille et belle époque des 2 photos ci-dessous prises au même endroit 24 ans plus tôt !!!

 

 

 

Le théâtre d'Epidaure était un site que nous voulions revoir, nous complèterons la visite par le musée que nous ne connaissions pas .

La majesté de ses lignes  et l'harmonie de ses proportions en font paraît-il le théâtre plus accompli du monde antique. Personnellement nous lui préfèrons Aspendos en Turquie.

 

 

 

Kilada. Un de nos coups de coeur du voyage. Ce village qui ne devait être qu'une étape classique ne nous laissera que de bons souvenirs.

 

 

                       D'abord un cadre agréable pour l'étape.

 

 

 

                

 

Une ville, un port et de petits restos très accueillants...

Une rencontre avec un jeune couple de Hollandais parlant convenablement le Français (cequi est bien agréable pour les échanges) et qui se terminera par une soirée au vin français pour eux et à la bière hollandaise pour nous.

 

 

Mais le must restera les tortues de mer. Aperçues la veille dans la baie avec les jumelles, le lendemain matin, branlebas de combat, les tortues sont dans le port et même aux pieds (aux roues) de nos deux cc!!!

 

 

 

 

Nous finirons le tour de la presqu'île de l'Argolide en passant Poros sous un ciel voilé.

 

 

Ce sera ensuite Vathy...

 

 

... et ses environs.

 

                  

 

A Methana nous nous renseignerons pour aller sur l'île d'Egine mais le prix demandé pour une si courte traversée nous paraissant exorbitant, nous y renoncerons. Avant de quitter le coin nous ferons étape à Palea Epidauros, toujours au bord de l'eau et à côté du théâtre de l'ancienne Epidaure...

 

 

 

 

 surtout interessant pour son emplacement, en surplomb de la mer et au milieu des arbres fruitiers.

 

 

 

 

               

                                          et des fruits inconnus.

 

 

Nous ne pouvons faire autrement que de nous arrêter en passant le canal de Corinthe...

 

                

 

 

...mais aussi en poussant jusqu'à l'ancienne Corinthe que nous ne connaissions pas. Le temple d'Apollon dont il ne reste que 7 colonnes sur les 38 à l'origine.

 

 

 

 

                                           La fontaine Pirène.

 

 

                      Dernier coup d'oeil avant un petit tour au musée.

 

                 

 

                 

 

 

Nous avons bien aimé le cap Héraion qui ferme la rade de Corinthe...

 

 

Très agréable pour s'y baigner...

 

 

 

Le site d'Hera Limenia est comme souvent en Grèce surtout valable pour sa situation mais ce n'est que l'avis d'un profane. La citerne et le temple datent du 6e S avant JC.

 

                

 

 

               

 

 

Aucun mal pour trouver un coin sympa pour le soir et avec tout ce qu'il faut autour.

 

 

 

Nous quittone le cap Héraion qui  disparait à l'horizon...

 

 

... pour rejoindre Porto Germeno, encore un coin ravissant.

 

 

           Les ruines du château comme souvent dominent le golfe...

 

 

 

 

... et la petite chapelle auprès de laquelle nous dormirons possède quelques fresques interessantes.

 

 

 

               

 

 

 

Nous serons de bonne heure au monastère d'Osios Loukas (St Luc) et bien nous en a pris car à peine garés, une quinzaine de cc belges arrivent en convoi et occupent tout le petit parking. Le Katholikon, la vaste église du monastère a été édifié au 11e S au dessus de la sépulture du saint ermite. Coiffé de coupoles et les murs alternant avec raffinement briques et pierres, l'ensemble est splendide.

 

 

Nous sommes émerveillés par les intérieurs: marbres multicolores, fresques, icônes et surtout mosaïques.

 

 

Celles du narthex constituent un bel ensemble.

 

 

 

 

 

 

 

Allez pépère, faut y aller...

 

 

 

Un peu de repos et étape à Andikira.

 

J'ai voulu revoir Delphes et j'ai revu Delphes!

 

 

 

Située dans le cadre grandiose du Parnasse, Delphes fût un haut lieu mystique.

 

 

Le trésor des Athéniens, relevé de ses ruines est un édifice dorique de marbre blanc et les colonnes de tuf de 12m de haut du temple d'Apollon datent du 4e S.

 

 

 

Le théâtre semble surplomber le vide....Quant au stade, je ne me suis hasardé à aucune compétition, épuisé que j'étais en arrivant en haut!

 

 

                                 Le musée mérite le détour.

 

                

 

 

 

La plus belle pièce du musée étant l'Aurige, découverte sur place en 1896 et représentant un conducteur de char.

 

                

 

                          C'est si beau que les bras m'en tombent !

 

                 

 

Nous comptions nous diriger sur Itéa mais une manif en a décidé autrement, nous continuons donc la remontée sur Lamia, Agia Marina puis Rahés (étape sur le port).

 

 

Nous ne connaissions pas le massif du Pélion et comme cette région était vantée par bon nombre de camping-caristes, nous avons voulu le connaître et y avons passé quelques jours. C'est beau mais les sites interessants nous ont fait prendre quelques risques de par l'étroitesse, la sinuosité et la déclivité des routes. Si l'on y ajoute la conduite parfois inconsciente de quelques uns, je préfère prévenir ceux qui doivent y aller. L'idéal étant d'avoir moto ou scooter en remorque pour l'utiliser ici. Nous nous sommes demandés ce que pouvait bien donner cette région en pleine saison? Mais ne boudons pas notre plaisir et entamons la montée à la sortie de Volos vers les villages de montagne.

 

 

Anakasia, Portaria et surtout Makrinitsa possèdent des maisons aux toits de lauze, des places ombragées par des platanes plus que centenaires et des fontaines bien rafraîchissantes.

 

 

 

 

 

 

                

 

Milopotamos se trouve dans un cadre merveilleux mais son parking en cul de sac étant en travaux, nous ne nous y attarderons pas.

 

 

 

Le Pélion a le gros avantage de nous offrir presqu'à chaque virage une vue différente.

 

 

Un des plus beaux villages: Agios Kiriaki. Le village étant trés étroit et coupé en deux par l'eau, mieux vaut se garer sur le parking qui le surplombe. Nous y avons même passé la nuit.

 

 

A ce point du voyage nous nous posons la question de savoir si nous montons  plus au Nord vers la Chalcidique. Deux voix pour et Ulysse s'étant abstenu, nous monterons donc par Thessalonique en faisant une étape du côté de Katerini où nous avons retouvé le camping Stani où nous avions passé quelques jours en 1986. Comme souvent lorque l'on retourne sur certains lieux des années plus tard, l'on est souvent déçu. Ce fût le cas une nouvelle fois, aussi nous trouverons tout à côté, quelques cabanes de pêcheurs en bord de mer avec point d'eau et le Mont Olympe comme décor.

 

 

La Chalcidique comprend trois presqu'îles: Kassandra, Sithonia et le mont Athos.

Kassandra n'est pas très interessante pour nous car bordée d'hôtels de luxe, de golfs et de riches villas privant souvent l'accés à la côte. Cependant elle possède quelques belles plages comme ici à Fokéa.

 

 

                         A Skioni nous ferons étape sur le port.

 

 

           Et à Gérakini, entre les deux presqu'îles nous laisserons passer l'orage...

 

 

Nous sommes maintenant sur Sithonia de loin notre préférée.

Ormos Panagias est un pittoresque hameau d'où l'on peut prendre un superbe trois mâts pour longer les côtes du Mont Athos et bien sûr se restaurer au bord de l'eau.

 

 

A Sarti nous ferons une halte agréable sur le port de pêche...

 

 

                               ...avant de rejoindre la plage.

 

 

   ... et d'ouvrir les yeux le lendemain matin avec vue sur le Mont Athos.

 

Après un arrêt à Kouffos, direction Toroni où nous passerons deux jours et qui restera un de nos coins d'étape favori. De nombreuses possibilités de stationnement aux deux extrémités du village. D'un côté les ruines d'une citadelle Byzantine.

 

 

 

                                        De l'autre, les plages...

 

                 

 

 

                       ... et ce coin superbe! le must des étapes!

 

 

De la troisième presqu'île, nous ne garderons pas un souvenir impérissable. Nous irons jusqu'à Ouranopoli, dernier village où il est possible d'aller, le reste étant consacré à la vie contemplative et ne s'ouvrant qu'à un tout petit nombre de voyageurs exclusivement de sexe masculin et munis d'un laissez-passer. Le seul moyen d'apercevoir les monastères est le bateau qui ne doit pas s'approcher des côtes à moins de 500m.

A défaut des monastères du Mont Athos, nous compenserons par ceux des Météores. Pour être à pied d'oeuvre de bonne heure, nous passerons la nuit sur le parking de la pension Arsenis gracieusement mis à la disposition des camping-caristes et super bien placé puisque situé sur les premières rampes de l'ascension vers les monastères.

Ce haut lieu du monachisme orthodoxe est aujourd'hui devenu un haut lieu de tourisme. Cependant le paysage reste grandiose et les constructions donnent le vertige. Photos et films étant interdits à l'intérieur, vous n'en verrez donc que les extérieurs.

 

 

 

 

Les deux monastères les plus réputés sont Varlaam et les Grandes Météores mais Agios Nikolaos, Roussanou et Agios  Stéfanos méritent eux aussi la visite.

 

 

 

 

 

               Dans la vallée du Pinéios, la ville de Kalambaka.

 

 

Nous sommes en avance  sur le programme pré-établi et décidons de revenir sur la côte ouest par des routes montagneuses et pittoresques par Metsovo, Ionina et Didone où ne trouverons pas le site archéologique. Renseignements pris auprès d'autres C.Caristes, nous n'avons pas perdu grand chose d'autant qu'un gros orage est venu faire des siennes.

Retour à Ammoudia, notre première étape du voyage. Du sable de la plage a été repandu dans le petit sous bois et évidemment  je m'ensable... pas le temps de dire ouf! que camping-caristes grecs, belges, hollandais et allemands viennent à la rescousse. J'apprendrai plus tard que je ne suis pas le premier. Cet incident aura eu l'avantage de créer des liens, notre voisin grec nous apportant des gâteaux du pays faits par sa femme, les hollandais réparant le store abîmé du grec par un camion dans un tunnel... bref une ambiance sympa mais qui hélas ne durera pas, par la faute d'un sans gêne dont je ne donnerai pas la nationalité qui commence par un S (lol). Celui-ci n'a rien trouvé de mieux que de s'installer directement sur la plage avec remoque, voiture, auvent, pots de fleurs et troncs d'arbres en décoration sur le tapis de sol devant le cc et même ses roues recouvertes pour le soleil par des couvertures fixées  par des "sardines" sur le sol ... Je vous assure que je n'exagère rien et que croyez vous qu'il arrivât ? La police est venu nous signifier que le camping était maintenant interdit en relevant immatriculation et identité et nous donnant 24h pour partir. Notre voisin grec ayant discuté avec les policiers nous a expliqué qu'un hôtelier avait porté "le pet" et voilà le résultat. Repassant par là quelques jours plus tard pour une baignade et un restau, nous avons vu que les panneaux d'interdiction avaient fleuris .

Une photo de cet énergumène s'impose:les autres cc sont disséminés sous les peupliers, monsieur est sur le sable.

 

Un saut de puce et nous voilà sur la plage de Monolithy.

 

 

Le silence, nous sommes seuls, uniquement le bruit des vagues pour  accompagner ce coucher de soleil.

 

 

Ce n'était pas prévu mais nous allons sur l'île de Leucade relié à la terre par un pont flottant.

Un arrêt au bout de la lagune, au pied de quelques moulins qui servaient pour l'exploitation des marais salants.

 

 

 

Nydri: Principale station balnéaire de l'île possède une baie bien abritée qui attire de nombreux plaisanciers.

 

Vassiliky: charmant village de pêcheurs où nous sommes restés deux jours...

 

                  ... son port animé et ses nombreux restaurants.

 

 

Sivota: un minuscule village au fond d'une baie profonde ressemblant à un fjord norvégien...

 

                          Son port est particulièrement bien fleuri.

 

                  

 

 

 

 

Nous quittons l'île de Leucade, les îlots sont encore dans la brume.

 

 

Notre départ approche, nous rejoignons Igoumenitsa par Mitikas et Astakos où nous nous arrêterons avant de rejoindre Mesolongi où nous avons déjà fait étape à l'aller sur le port. Lors de notre arrivée celui ci était très animé par une manifestation sportive aussi allons nous à Tourlida tout au bout de la presqu'île, entre plage, marais salants et maisons sur pilotis.

 

 

 

 

Sur la route de Vonitsa, nous apercevrons ce monastère perché et encastré dans la roche.

 

 

Nos deux dernières étapes se feront à Vonitsa sur le port en compagnie de sympathiques marseillais... région oblige, l'ouzo a remplacé le pastis!

 

 

... et dernière étape à Plataria avant l'embarquement où là encore il a été difficile de quitter Jacqueline et Yves qui rentraient sur la Normandie.

 

 

Allez! finies les rêveries devant la belle bleue, il est temps de ranger chaises et parasol .......

 

 

 

.........et de repenser à un nouveau voyage!

 

Nos conclusions.

Un voyage de 6 semaines, fin avril à début juin, saison idéale pour nous car beaucoup moins de monde, une température idéale permettant la baignade et surtout la possibilité de trouver des coins d'étape de rêve. Ce sera d'ailleurs la principale satisfaction du voyage. Des rencontres de camping-caristes très sympas. Des sites archéologiques interessants bien que dans ce domaine nous ayons préféré pour un meilleur état de conservation la Sicile ou la Turquie. Nous avons évité Athènes pour deux raisons: la crise secouant le pays ayant entraîné quelques manifestations mais aussi parceque déjà visitée lors du précédent voyage. Le coût de la vie est aussi cher qu'en France et parfois plus comme pour le gazoil ou les bouts d'autoroute que nous avons pris du côté de Théssalonique. Aucun problème de ravitaillement, ni en essence ni en alimentation. Beaucoup de moyennes surfaces genre Lidl et en cette saison, possibilité d'acheter le long des routes fruits ou légumes à un prix interessant.

A ce décor idyllique,quelques bémols cependant. Nous avons trouvé le pays très sale:poubelles qui débordent et qui quand elles sont ramassées semblent ne pas l'avoir été; tout ce qui est à côté reste sur place. Parkings et plages jonchés de canettes, sacs plastique, etc. Bref, peut mieux faire. Nous gardions aussi un autre souvenir de l'accueil, bien sûr nous avons rencontré des Grecs sympas mais d'une manière générale la France ne semble plus avoir à leurs yeux le rayonnement d'il y a quelques années. Attention à la conduite "spéciale" des Grecs. On se fait vite à la conduite sur les bas-côtés mais pas à leur façon de couper les virages ...j'en ai fait les frais !

NOTRE conclusion des conclusions: un pays superbe qui nous semble sur une mauvaise pente.

 

 

 

 

 

 

 

 

 



13/06/2010
49 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 184 autres membres